Jump to content

Tom Cleverley [23]


Guest
 Share

Recommended Posts

Quelle honte qu'un joueur de sa trempe n'ait pas son topic sur ce forum

Tom Cleverley, dit "El Filósofo"
Né le 12 Août 1989 à Basingstoke
Nationalité : Anglaise
Poste : Milieu de terrain
Formé à Manchester United, départ en 2015

 

54f0728e6fc44.jpg

 

Interview pour MUTV de Tom en 2014 (cc @Santana )

 

"Je suis un penseur", a déclaré Tom Cleverley, au moment de débuter l'interview. "Je ne vois pas le football comme les autres. Au club, on m'appelle le philosophe car j'ai toujours eu des débats passionnés avec les différents membres du staff. Ce surnom m'amuse, mais je ne pense pas être un philosophe car j'ai toujours eu ça en moi." 

Quand le journaliste lui a demandé plus de détails, il a continué en disant. "Depuis très jeune, j'ai ce talent pour comprendre la tactique dans le football. Mais pas seulement le football. Je pense tactique, je vis tactique. Le monde de tous les jours est une inspiration fantastique. Il me suffit de m’asseoir sur un banc, de regarder les pigeons voler et d'imaginer à partir de ça une nouvelle formation. De nouveaux mouvements sans ballons. J'ai toujours eu ce don." 

Le football est l'expression absolue de la collectivité. C'est la primauté du collectif sur l'individu. Il est fluide, sans gestes superflus. Quiconque touche le ballon plus de deux fois n'a rien compris à ce sport. Johan Cruyff disait que le football simple est le football le plus difficile à mettre en place, et je le rejoins totalement. Les passes latérales sont un art, les passes en retrait sont une nécessité. Il est très difficile de jouer comme je le fais. Il est aussi difficile de comprendre la finalité de mon style. Je n'en veux pas au petit peuple qui ne s'extasie que sur les buts ou les dribbles. Il n'a pas le recul nécessaire qu'ont les hommes qui ont façonné ce sport.

Finalement, Cleverley s'est exprimé sur son futur proche et fais une annonce importante. "Je ne pense pas être fait pour le métier de footballeur. Je suis un penseur sur le terrain mais c'est sur le banc de touche que je pourrais le mieux exprimer mes qualités. Je pense mettre un termes à ma carrière de footballeur et me lancer définitivement dans le métier d’entraîneur. C'est un nouveau défi pour moi, j'ai le sentiment que je peux faire de grandes choses. Mais avant cela j'aimerai prendre une année sabbatique pour terminer quelques projets."
Cleverley a confié, après cela, que parmi ses projets, il aimerait terminer d'écrire son livre sur l'importance de la passe en retrait dans le football, et acquérir la nationalité espagnole.

 

 

 

 

 

 

 

Edited by MicroDevils
Link to comment
Share on other sites

“I think you do not have a better English player. Technically, he is as good as you get. The way he executes, how he reads the game, for me he is one of the most sensational you are going to see in Premier League history.

I wouldn’t sell him for any money in the current market. I want to see him go from strength to strength because I know there is so much more to come.”

Signé Roberto Martinez. La légende était donc vraie.

Edited by iliass
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, MicroDevils a dit :

Quelle honte qu'un joueur de sa trempe n'ait pas son topic sur ce forum

 

Tom Cleverley, dit "El Filósofo"
Né le 12 Août 1989 à Basingstoke
Nationalité : Anglaise
Poste : Milieu de terrain
Formé à Manchester United, départ en 2015

 

54f0728e6fc44.jpg

 

Interview pour MUTV de Tom en 2014 (cc @Red Eye )

 

"Je suis un penseur", a déclaré Tom Cleverley, au moment de débuter l'interview. "Je ne vois pas le football comme les autres. Au club, on m'appelle le philosophe car j'ai toujours eu des débats passionnés avec les différents membres du staff. Ce surnom m'amuse, mais je ne pense pas être un philosophe car j'ai toujours eu ça en moi." 

Quand le journaliste lui a demandé plus de détails, il a continué en disant. "Depuis très jeune, j'ai ce talent pour comprendre la tactique dans le football. Mais pas seulement le football. Je pense tactique, je vis tactique. Le monde de tous les jours est une inspiration fantastique. Il me suffit de m’asseoir sur un banc, de regarder les pigeons voler et d'imaginer à partir de ça une nouvelle formation. De nouveaux mouvements sans ballons. J'ai toujours eu ce don." 

Le football est l'expression absolue de la collectivité. C'est la primauté du collectif sur l'individu. Il est fluide, sans gestes superflus. Quiconque touche le ballon plus de deux fois n'a rien compris à ce sport. Johan Cruyff disait que le football simple est le football le plus difficile à mettre en place, et je le rejoins totalement. Les passes latérales sont un art, les passes en retrait sont une nécessité. Il est très difficile de jouer comme je le fais. Il est aussi difficile de comprendre la finalité de mon style. Je n'en veux pas au petit peuple qui ne s'extasie que sur les buts ou les dribbles. Il n'a pas le recul nécessaire qu'ont les hommes qui ont façonné ce sport.

Finalement, Cleverley s'est exprimé sur son futur proche et fais une annonce importante. "Je ne pense pas être fait pour le métier de footballeur. Je suis un penseur sur le terrain mais c'est sur le banc de touche que je pourrais le mieux exprimer mes qualités. Je pense mettre un termes à ma carrière de footballeur et me lancer définitivement dans le métier d’entraîneur. C'est un nouveau défi pour moi, j'ai le sentiment que je peux faire de grandes choses. Mais avant cela j'aimerai prendre une année sabbatique pour terminer quelques projets."
Cleverley a confié, après cela, que parmi ses projets, il aimerait terminer d'écrire son livre sur l'importance de la passe en retrait dans le football, et acquérir la nationalité espagnole.

 

 

 

 

 

 

 


Mdr.

@Red Eye comment oses-tu t'approprier les droits de cet interview ? 
 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Cleverley, comme un air de Scholes

Mis à jourLe 29/05/2013 à 09:57

Publiéle 14/10/2011 à 13:18

Article de Eurosport

De retour face à Liverpool samedi (13h45), après quatre semaines d'absence, Tom Cleverley s'impose progressivement comme le successeur de Paul Scholes à Manchester. Conscient de tenir un joyau, United n'a pas hésité à prolonger de quatre ans le contrat du jeune milieu de terrain anglais.

Sir Alex Ferguson en a pourtant vues, des pépites. Mais quand l'Ecossais prononce le nom de Tom Cleverley, son visage s'illumine. Un sourire se dessine. Et les superlatifs pleuvent. Le manager de Manchester United parle de "l'un des plus brillants espoirs du football anglais". Voilà pourquoi il n'a pas hésité une seconde à prolonger son bail de quatre ans, la semaine dernière. "United encourage ses jeunes joueurs à faire leurs preuves en équipe première et Tom a su pleinement saisir sa chance", justifie Sir Alex. Lié aux Red Devils jusqu'en 2015, Cleverley est un pur produit maison. Elevé à Bradford, il a intégré le Trafford Training Centre à l'âge de 12 ans. Depuis, le natif de Basingstoke a fait du chemin. Cleverley raconte : "J'ai fait une percée en équipe première et été appelé en équipe nationale d'Angleterre. J'ai grandi avec ce club et donc je suis ravi d'avoir l'opportunité de pouvoir aider Manchester United à gagner des titres."

Dans le Nord de l'Angleterre, son talent a vite sauté aux yeux d'Ole Gunnar Solskjaer. Jadis joker de luxe au sein de l'attaque mancunienne, le Norvégien manageait déjà l'équipe réserve lorsqu'il a accueilli Cleverley. Il a aussitôt décelé "un joueur fantastique", qui incarne "le futur de United". "Il sait qu’il peut nous aider à gagner plus de titres. C’est comme ça que ça se passe ici." Mais Solskjaer a surtout vu en lui le successeur tout désigné de Paul Scholes. Quand on sait quelle empreinte a laissé l'international anglais à MU...

Evra : "Il ne parle pas beaucoup, mais il fait son job"

Comme Scholes, Cleverley a un profil atypique. Un milieu "box to box", "excellent pour prendre l’espace", dixit Eric Harrison, formateur chez les Red Devils, à la fois récupérateur, relayeur, créateur et buteur. Une perle rare, d'abord façonnée par la boue et les tacles rugueux de la League One avec Leicester City. Son prêt s'arrête brutalement au printemps 2009, sur une blessure à l'épaule. Retour à Manchester, direction la table d'opération. Dans la souffrance, Cleverley franchit un cap. Il gravit une marche supplémentaire avec Watford : 11 buts en 35 matches de Championship. Puis une autre l'an passé, en Premier League, avec Wigan.

L'itinéraire n'a pas échappé à Ferguson. L'Ecossais a tranché : Cleverley (1,75 m pour 67 kg) n'a pas un physique de déménageur, mais il a l'étoffe pour revêtir la tunique des Red Devils. Pour marcher sur les traces de Scholes, qui vient de raccrocher les crampons. Dans l'intimité du vestiaire, la ressemblance est déjà frappante. "C’est un mec silencieux, comme Scholesy", confie Solskjaer. "Il ne parle pas beaucoup, confirme Patrice Evra sur ITV, mais il fait son job sur le terrain." "Clever" n'a pas tardé pour y bluffer son monde. En juillet, lors d'une victoire de prestige face au Barça (2-1), il crève l'écran. Fergie est scotché. "Il est robuste, a une excellente connaissance du jeu, une rapidité de passe et de bons yeux. C’est un bon footballeur et il a été notre meilleur joueur contre Barcelone. Il a de fortes chances de débuter cette saison."

Convoqué par Capello

Le 7 août, c'est du banc qu'il assiste au Community Shield. Face à City, l’ennemi juré, MU est malmené. A la mi-temps, United a deux buts de retard (0-2). Mais Fergie a un plan : il lance Cleverley dans la bataille. Le coaching fleure la belle inspiration. Numéro 35 dans le dos, le stratège anglais brille. Distribue. Et relaie un mouvement somptueux, conclu par Nani. Les Red Devils renversent les Citizens (3-2). Sir Alex est définitivement convaincu.

Alors comme promis, Cleverley est titulaire face à Tottenham, pour les trois coups de la Premier League. MU débute sa saison par une promenade face aux Spurs (3-0). Sa nouvelle pépite, qui porte désormais le numéro 23, régale Old Trafford. Elle offre sur un plateau l'ouverture du score à Welbeck. Cleverley s'est fait une place dans l'entrejeu mancunien. Il débute les quatre premières rencontres de Championnat. Fabio Capello, le sélectionneur anglais, le convoque même contre la Bulgarie (0-3) et le pays de Galles (1-0). Cleverley est là pour apprendre. Ses premiers pas internationaux attendront, mais l'ascension semble irrésistible. Jusqu'à ce qu'une blessure aux ligaments du pied, contractée face à Bolton (5-0), l'éloigne des terrains pour un mois. Juste le temps pour prolonger son contrat. A 22 ans, l’avenir lui appartient.

 

ce qu'on disait du nouveau scholes il y a 4 ans

Edited by Mankind
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • 7 months later...

Toujours aussi magique le message de Santana :mort:

Et ça dans l'article d'Eurosport:

De retour face à Liverpool samedi (13h45), après quatre semaines d'absence, Tom Cleverley s'impose progressivement comme le successeur de Paul Scholes à Manchester. Conscient de tenir un joyau, United n'a pas hésité à prolonger de quatre ans le contrat du jeune milieu de terrain anglais.

Sir Alex Ferguson en a pourtant vues, des pépites. Mais quand l'Ecossais prononce le nom de Tom Cleverley, son visage s'illumine. Un sourire se dessine. Et les superlatifs pleuvent. Le manager de Manchester United parle de "l'un des plus brillants espoirs du football anglais".

 

:mort::mort:

Link to comment
Share on other sites

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
  • Upcoming Events

    • 02 October 2022 01:00 PM Until 03:00 PM
      Manchester City vs Manchester United - English Premier League.

      Please note, all dates are subject to change. For information on tickets and hospitality packages, please visit www.manutd.com/tickets.
  • Current Donation Goals

    • Raised $1 of $30 target
×
×
  • Create New...